Daniel Evans – Arthur Rinderknech (Open d’Australie – 2e tour)

Dernières confrontations

Ce sera une première entre ces deux joueurs.

Historique dans ce tournoi

Daniel Evans participe à son sixième Open d’Australie. C’est la quatrième fois qu’il atteint ce niveau de la compétition, et il n’a réussi qu’une fois à aller plus loin. C’était en 2017 et il s’était stoppé en 1/8 de finale. Par ailleurs, il avait chuté au 1er tour la saison passée.

Arthur Rinderknech, quant à lui, joue ce tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière.

Analyse

Arthur Rinderknech joue sans aucun doute le meilleur tennis de sa carrière. Le Français de 26 ans a disputé sa première finale ATP la semaine dernière et s’est déjà offert du beau monde cette année (comme Khachanov et Moutet à Adélaïde).

Ce qui est intéressant chez l’actuel 48e mondial, c’est sa capacité à rivaliser dans les échanges. Malgré sa taille (qui l’aide beaucoup pour rester en sécurité sur ses jeux), il se déplace très bien latéralement et arrive à lâcher des coups très agressifs. C’est beau.

Daniel Evans pourrait donc être en danger s’il reste trop passif. Le Britannique caractériel a les jambes pour renvoyer de nombreuses balles, mais il pourrait finir par être plus d’une fois dépassé s’il ne prend pas les choses en main. Garde le contrôle, Dany.

Heureusement, Evans sait très bien contrer ce type d’adversaire. Tout d’abord, il n’a pas peur des gros serveurs. Il sait engager de nombreux échanges sur leurs jeux. Ensuite, le Britannique a cette capacité à varier la vitesse et la hauteur de la balle. Cela a pour conséquence de déstabiliser les grands gaillards et les empêcher de lâcher leurs coups.

Enfin, comme je l’ai précisé précédemment, Daniel Evans est un joueur très mobile qui sait faire en sorte de forcer ses opposants à jouer un coup supplémentaire. Arthur Rinderknech peut vite partir à la faute si ses premières attaques ne font pas mouche. Ajoutons à cela les qualités d’Evans pour réaliser des passings. Ce qui est non négligeable face aux montées au filet répétées du Français.

Arthur Rinderknech n’a encore jamais atteint le 3e tour d’un Grand Chelem. De plus, il enchaine les matchs assez longs et cela pourrait finir par jouer contre lui.

Soyons prudent étant donné qu’il ne serait pas étonnant d’assister à au moins un tie-break, où les deux joueurs pourront avoir leur mot à dire.

Pronostic : Victoire de Daniel Evans

Risque moyen

Partagez
Tweetez
WhatsApp
Telegram