Wimbledon (2e tour) : Berankis – Nadal et Broady – Schwartzman

Ricardas Berankis – Rafael Nadal

Rafael Nadal s’est fait une belle frayeur au 1er tour en concédant un set face à Cerundolo. Mais lorsque l’Espagnol est moins bien physiquement, il arrive à compenser via son mental de dingue. Top.

Ricardas Berankis n’était pas vraiment attendu au 2e tour. Il affrontait en effet un expert de la surface : Sam « Joker » Querrey. L’Américain n’a pas su mettre en avant ses principales armes et s’est fait manger par un Lituanien qui l’a systématiquement laissé sur la défensive.

Ricardas Berankis devrait sans aucun doute être amené à jouer beaucoup plus d’échanges rythmés dans ce nouveau match et je ne le crois pas capable de résister. En réalité, il faudrait que Nadal soit bien en dessous physiquement. Avec son souci au pied, tout est possible, mais quand même.

Victoire de Rafael Nadal

Confiance élevée


Liam Broady – Diego Schwartzman

Diego Schwartzman se retrouve au 2e tour de Wimbledon pour la quatrième année de suite et il a déjà réussi à le passer lors des deux dernières éditions. On se souvient qu’il avait déjà joué Liam Broady l’année dernière et qu’il s’était imposé en 4 sets. On avait d’ailleurs assisté à une rencontre assez décousue.

Nous avons affaire à deux bonhommes pas vraiment à l’aise sur gazon (ils ont tous les deux moins de 40 % de victoires sur cette surface). Liam Broady aura l’avantage de jouer à domicile et nous pouvons l’imaginer être très motivé par le soutien des tribunes. Cependant, son premier match face à Klein n’a pas dû le rassurer. En effet, il a été peu serein au service (10 doubles de fautes, moins de 50 % de points sur ses secondes et 14 balles de break concédées). On notera qu’il a également fait plus de 50 fautes directes.

Je m’attends à un gros combat ici et, lorsque c’est le cas, Diego Schwartzman répond souvent présent (encore plus en Grand Chelem). L’Argentin reste un sacré métronome dans les échanges. Au 1er tour, il a aussi fait preuve d’agressivité en allant régulièrement au filet (50 fois pour 74 % gagnés).

Diego Schwartzman, pour une victoire aux forceps. Aie.

Victoire de Diego Schwartzman

Confiance faible