Wimbledon (3e tour) : Otte – Alcaraz et Paul – Vesely

Oscar Otte – Carlos Alcaraz

Les derniers matchs d’Oscar Otte lui ont permis de prendre énormément confiance en lui. Il est serein sur ses jeux et prend des risques sur les phases offensives. Dans ces conditions, il pourrait totalement réussir à tenir tête à Carlos Alcaraz.

Mais le jeune Espagnol est, lui aussi, en confiance et il est bien plus solide mentalement. L’Allemand n’arrivera pas à servir systématiquement d’incroyables premières balles et finira tôt ou tard par se découvrir pour laisser Carlos Alcaraz déployer ses ailes. Ce dernier est exigeant physiquement et devrait réussir à faire douter son adversaire lorsque les échanges s’engageront. Parce que oui, il faut envoyer du lourd pour déborder cette pépite incroyable.

Victoire de Carlos Alcaraz

Confiance élevée


Tommy Paul – Jiri Vesely

Comme on pouvait s’y attendre, Jiri Vesely n’a rien lâché face à Alejandro Davidovich Fokina. Le Tchèque s’est imposé en 5 sets et 4 heures de jeu face à un Espagnol qui a perdu le dernier point sur une pénalité… oups.

Cette nouvelle rencontre est intéressante, car Jiri Vesely a ce style de jeu qui pourrait contrer celui de Tommy Paul. En effet, l’Américain va tout d’abord devoir batailler pour se créer des occasions sur le service très affûté du Tchèque (tandis que lui engage beaucoup plus les échanges sur ses jeux). Ensuite, Paul n’a jamais réellement été à l’aise face aux joueurs agressifs comme Vesely. Ce grand gaucher a cette particularité de lâcher de puissants coups de raquette pour faire revenir la balle très vite dans le camp adversaire. Sur cette surface rapide, je m’attends à ce que cela soit un réel problème pour Tommy Paul.

J’ai tout de même une inquiétude, et pas des moindres : l’irrégularité contrariante de Jiri Vesely. Le Tchèque peut passer à côté d’un jeu de service et même d’un set sans que nous sachions précisément pourquoi. Il est capable de baisser son niveau d’un cran (il pense peut-être à ce qu’il va manger en rentrant ?) et de faire énormément de fautes. Si cela se reproduit un peu trop souvent face à Tommy Paul, je ne vois pas comment ce dernier ne pourrait pas en profiter. Il est bien plus régulier.

Victoire de Jiri Vesely

Confiance faible