Rome (1/4 de finale) : Alexander Zverev – Rafael Nadal

Dernières confrontations

Ces deux joueurs du Top 10 se sont déjà affrontés 8 fois en matchs officiels. Rafael Nadal mène dans ce face à face avec 5 victoires (dont 3 des 4 rencontres jouées sur terre battue).

On notera qu’Alexander Zverev reste sur 3 victoires de suite, et que Rafael Nadal ne l’a pas battu depuis 2018. Et figurez-vous que c’était en finale de ce Masters 1000 de Rome.

Historique dans ce tournoi

Alexander Zverev joue dans ce tournoi de Rome pour la cinquième fois de sa carrière. C’est la troisième fois qu’il atteint les 1/4 de finale, et il n’a encore jamais perdu à ce niveau de la compétition. Par ailleurs, l’Allemand a déjà soulevé une fois le trophée (en 2017, face à Novak Djokovic).

Quant à Rafael Nadal, c’est sa 16e participation dans ce Masters 1000 Italien et la quinzième fois qu’il atteint les 1/4 de finale. Il a déjà chuté 4 fois sur cette marche, et sa meilleure performance est 9 trophées.

Parcours dans cette édition

Ces deux bonhommes ont profité de leur classement pour sauter le 1er tour.

Alexander Zverev a remporté son premier match face à Hugo Dellien en 2 sets. Ensuite, il a eu un peu plus de difficulté face à Kei Nishikori. La rencontre s’est en effet terminée en 3 sets et près presque 3 heures de jeu.

Rafael Nadal, de son côté, a vaincu Jannik Sinner en 2 sets lors de son entrée dans la compétition. En 1/8 de finale, il y a joué un incroyable match face à Denis Shapovalov et est reparti avec la victoire après avoir sauvé ses fesses dans un tie-break de l’ultime set et après 3h30 de jeu. Dingue.

Analyse

Tout d’abord, sachez que je ne m’attends pas à une rencontre à sens unique comme cela a pu être le cas lors de leur dernier rendez-vous à Madrid. En effet, les conditions de jeu sont moins rapides et cela avantage par défaut Rafael Nadal (contrairement en Espagne où c’était du côté de l’Allemand).

Ensuite, ces deux bonhommes sorte de deux gros matchs. Alexander Zverev a pratiquement joué 3 heures, tandis que Rafael Nadal s’est extrait de ce traquenard en 3h30. La récupération sera donc un élément déterminant (et difficilement prévisible) étant donné que nous devrions assister à de nombreux longs échanges.

Alexander Zverev a toujours du mal à rester toujours solide sur son service. Il a encore fait un paquet de doubles fautes lors de son dernier match face à Nishikori (dont quelques-unes dans des moments où il était sous pression). Heureusement, en face de lui, on ne peut pas dire que Rafael Nadal sert incroyablement bien non plus. Il se découvre encore beaucoup. Nous pourrions donc assister à une bataille décousue. En revanche, Rafael Nadal compense ses difficultés actuelles par un mental d’acier. Ce gars-là ne lâche jamais le morceau et oblige ses opposants à être à 200 % (ce n’est pas Denis Shapovalov, qui jouait déjà à 110 %, qui dira le contraire).

Malgré ses 3h30 de jeu, je m’attends à ce que Rafael Nadal soit au moins au même niveau qu’hier. À vrai dire, je ne l’ai pas senti extrêmement fatigué après son combat face au Canadien. À l’inverse, Alexander Zverev a eu pas mal de passages où il a manqué de lucidité. Rafael Nadal étant très exigeant avec ses adversaires, je m’attends à voir l’Allemand devoir forcer plus d’une fois.

Dans les rallyes, la lenteur de la surface devrait donc permettre à Rafael Nadal de défendre plus facilement qu’à Madrid contre les offensives d’Alexander Zverev. Face à Nishikori, ce dernier a montré que ses attaques n’avaient pas toujours l’effet souhaité (et cela a eu tendance à l’agacer).

Enfin, nous avons affaire à deux joueurs qui ont réalisé beaucoup de fautes directes côté revers (20 pour Nadal, 22 pour Zverev). Mais Alexander Zverev semble avoir plus de possibilité pour réussir des coups gagnants. En effet, le nombre de winners est assez équilibré durant ses matchs, tandis que Rafael Nadal réussi la plupart de ses coups gagnants en coup droit.

En résumé, Alexander Zverev a les clés pour battre Rafael Nadal (depuis longtemps d’ailleurs). Il pourrait néanmoins être légèrement émoussé par son oppressant adversaire, mais aussi embêté par ces conditions qui rendent la balle plus lente que lors de ses dernières victoires.

Pronostic : Victoire de Rafael Nadal

Risque élevé

Partagez
Tweetez
WhatsApp
Telegram